Le fil des images

Le blanc entre deux lignes, comme la déchirure dans les nuages 

 

 

Je tire un dialogue au clair
Je tire des mots qui m'attirent dans le dialogue
Je tire mon tiroir pour les stocker
Je tire les rideaux pour avoir une lumière
Je tire un trait pour tourner la page
Je tire un trait à la règle pour dessiner plus précisément

Je tire un fil pour dessiner dans l'espace
Je tire des sons du fil pour jouer de la musique 

 

 

 

 

«Le fil des images» est un titre générique pour une partie de mes travaux où l’idée est soit d’associer, soit de distinguer des éléments dans différents paysages, comme pour donner une image à la pensée.

Avec ces sculptures, dessins, photographies et textes, je cherche à mesurer les écarts qui se glissent dans les paysages d’un endroit à un autre et même d’une langue à l’autre. Ces écarts sont pour moi la substance de toute possibilité.

Ainsi, je m’intéresse aux nombreuses nuances de sens et à tous les moyens de désigner une chose, qu’il s’agisse de l’image, du langage, de la mémoire, de la perception ou simplement de l’attention.
Mon intérêt pour ces déplacements de signes provient notamment de la contemplation des langages que j’ai vécue dans la confrontation, entre la langue japonaise et la langue française.

Je précise que le sens lui-même semble exister sur le mode du déplacement, de la langue verbale à la langue gestuelle en passant par le langage visuel.
C’est cet écart qui permet l’émergence d’un nouveau point de vue.

Pour établir un point de vue différent sur les images, les significations ou sur la mise en forme de sa propre figuration du monde extérieur, je pense qu’il faut, de toute façon, conserver une distance.
Je recherche donc les nuances de distance qui peuvent être adoptées, et je propose finalement de mettre en doute l’évidence naturaliste du signe en me demandant si telle ligne transforme un lieu ou bien si c’est l’inverse? 

© 2014 ERI TOMONAGA